[Bio]graphie

labels

 Notre ADN

CHAPELLE de NOVILIS, viticulture et vinification biologiques

C’est à Maraussan dans l’Hérault, à quelques kilomètres au nord-ouest de Béziers, au cœur du vignoble du Languedoc que l’équipe de CHAPELLE de NOVILIS cultive 16 hectares de vignes en agriculture biologique et produit des vins biologiques en rouge, blanc et rosé sous l’Indication Géographique Protégée (IGP) Coteaux d’Ensérune.
L’exploitation est composée d’une mosaïque de cépages : Vermentino, Viognier, Grenache gris et Marsanne pour les blancs ; Cinsault, Carignan, Alicante, Cabernet franc, Cabernet sauvignon et Merlot pour les rouges ; Tempranillo, Cinsault et Vermentino pour le rosé.
Tous sont cultivés avec patience et douceur sur des sols principalement argilo-calcaires et profonds. Ce terroir, associé à un travail minutieux à la vigne et à la cave, confère à nos vins toute leur fraîcheur, leur élégance et leur finesse.

Nathalie Jeannot, vigneronne de passion et de conviction

C’est à 50 ans, en mars 2011, que j’ai décidé de changer de vie professionnelle et de vivre ma passion pour le VIN et la VIE.
A la suite d’une année de réflexion personnelle, j’ai proposé à mon beau-frère Laurent Pegolotti, viticulteur (métier de culture de la vigne, sans production de vin) de nous associer et de créer notre cave particulière, notre gamme de vin, et de partir à la recherche de leurs amateurs. Nous avons échangé, dialogué, réfléchi, et 8 mois plus tard, en novembre, naissait CHAPELLE de NOVILIS.

«Nous ne savions pas que c’était impossible, alors nous l’avons fait»

En mars 2011, Laurent exploitait 22 ha de vignes en très mauvais état.
Elles se mouraient après avoir connu de très belles heures jusqu’à la fin des années 1970, début des années 1980. Comme tant d’autres dans le Languedoc, l’exploitation fut victime à cette époque de la plus violente crise de l’histoire du marché du vin. Ce fut le début d’une spirale infernale pour l’exploitation, tant économiquement que culturalement.
Investis de notre foi en nous-mêmes et d’une incapacité viscérale à entendre certains sceptiques qui ne cessaient de nous dire que ce projet était voué à l’échec, en novembre 2011, nous créâmes CHAPELLE de NOVILIS.

En 5 années seulement, nous avons arraché 6 ha de vignes, trop délaissées, et commencé à remettre en état celles à fort potentiel qualitatif qui pouvaient encore être sauvées ; nous avons planté 2,5 ha sur des parcelles inexploitées ; nous avons bâti une cave de 280 m² dédiée à la production de vins haut de gamme, et sommes allés à la rencontre des premiers amateurs de nos vins.
Nous avons commencé par vinifier l’équivalent de 1,7 ha en 2012 pour progressivement en vinifier 12 aujourd’hui, au fil du travail qualitatif que nous mettons en place sur nos parcelles afin de permettre à nos pieds de vignes de nous offrir des raisins haut de gamme.
Nos petits rendements, très qualitatifs, nous ont donné à vendre nos 2 000 premières bouteilles en 2013 pour atteindre 13 000 bouteilles en 2016.
Nous avancerons à notre vitesse de croisière en 2019, avec la production et la vente annuelles de 35 000 bouteilles.
Nos vins sont reconnus et prisés en France et à l’étranger par des clients privés, des cavistes indépendants, des tables bistronomiques ou gastronomiques, dont certaines étoilées, ainsi que des Relais Châteaux.

CHAPELLE de NOVILIS, une cave particulière de vins haute couture en Languedoc

On me pose souvent la question : « Et dans 10 ans, comment voyez-vous CHAPELLE de NOVILIS ? »
Je l’espère fidèle à ce qu’en disent les amateurs de nos vins aujourd’hui : « Ces vins sont inattendus en Languedoc ! D’une telle fraîcheur ! » « Une grande finesse et une telle élégance ! Une vraie signature sur l’ensemble des vins ».
Je la vois devenir ce pour quoi toute l’équipe travaille fort chaque jour : une cave particulière de vins haute couture en Languedoc.
Nathalie Jeannot
Vigneronne

 Une terre ancestrale

Un domaine architectural vieux de 1 200 ans

II<sup>e</sup> s. av. J.-C

IIe s. av. J.-C

En 110 avant JC, une villa gallo-romaine, dont les vestiges sont toujours enfouis à cette date, est construite à 150 mètres du domaine actuel. La vigne s’implante dès cette époque.
En 500 après JC, le domaine fait partie, comme tout le bas-Languedoc, du royaume des Wisigoths. Des tombes wisigothes sont d’ailleurs mises à jour dans les années 1970 lors de travaux autour de la maison bourgeoise datant de la fin du XIXe s., présente sur le domaine.

IX<sup>e</sup> s.

IXe s.

Au IXe s., le Seigneur Walchaire, seigneur Wisigoth, est propriétaire du domaine. Il y fait construire une église : l’église Ste Marie, consacrée en 897. Cette église est l’origine architecturale du domaine actuel, nous pouvons encore en voir la tour du clocher art roman.
Sous l’influence du clergé, la culture de la vigne connaît alors un grand renouveau dans le domaine comme dans tout le Languedoc.
Dès cette époque, le domaine s’appelle Villenouvette, signifiant « Ville Libre », libre de taxes/impôts sur le commerce, comme fleurissent en d’autres lieux d’autres Villenouvette ou Villefranche, avec la même signification.
Les siècles passent, mais la culture de la vigne ne quittera plus jamais les lieux.
Le Domaine de Villenouvette est successivement, au fil des siècles, la propriété de puissants seigneurs, proches des rois.

XIII<sup>e</sup> s.

XIIIe s.

En 1219, Pierre IV de Villeneuve fonde la devise « Sicut sol emicat ensis » : « Comme le soleil, jaillit le glaive ! » et crée le premier blason « de gueules à un soleil d’or » De gueules est le nom donné à ce rouge spécifique « rouge De Gueules »

XIV<sup>e</sup> s.

XIVe s.

Une parenthèse féminine assez exceptionnelle au XIVe s., puisque c’est une femme qui est propriétaire des lieux. Elle se nomme Jeanne de NOVILIS.
Ce nom, NOVILIS, compte tenu de la langue d’origine, la langue d’Oc, sœur jumelle du catalan, peut parfois apparaître sous NOBILIS.

Du XV<sup>e</sup> au XIX<sup>e</sup> s.

Du XVe au XIXe s.

Comme pour de nombreux lieux anciens, la période du Du XVe au XVIIIe s. est un grand trou noir en raison de la disparition des traces écrites et divers actes notariés brûlés pendant la révolution.
Le domaine étant en zone inondable, pour des raisons de praticité, le toit de l’église est détruit pour poser à sa place une habitation hors d’eau.

Plan cadastral Napoléonien de 1830 présentant le Château du domaine (figure à droite sur le plan).
Le Château a été détruit à la révolution. Il en reste seulement la tour (petit « ergot » à la pointe Nord-Ouest sur le plan du château. Ici, le Nord est à droite du plan)

XVIII<sup>e</sup> s.

XVIIIe s.

Après la Révolution, l’activité religieuse à l’église cesse. Une plaque sur le mur de la maison jouxtant l’église, qui devait être le presbytère, laisse encore apparaître « Mr Olivier, Curé, 1761 ». Le domaine étant en zone inondable, pour des raisons de praticité, le toit de l’église est détruit pour poser à sa place une habitation hors d’eau.

XX<sup>e</sup> s. : la famille Maury-Pegolotti aux commandes du domaine de Villenouvette

XXe s. : la famille Maury-Pegolotti aux commandes du domaine de Villenouvette

é Pegolotti reprennent les rennes du domaine et participent activement à son expansion viti-vinicole.
Ils s’installent tous deux dans l’habitation au-dessus de l’église Sainte-Marie. Là encore, pour des raisons de praticité, ce qu’il 1950 : Henri Maury, issu d’une longue lignée de vignerons, et son épouse Jeanne, achètent le domaine de Villenouvette et les vignes qui l’entourent. Ils s’installent dans la maison bourgeoise du XIXe s., construite sur une partie de l’emplacement du château détruit à la révolution et dont il ne reste plus à l’heure actuelle qu’une tour tronquée. Ils ont trois enfants : Henriette, Nicole et Philippe.

1960 : Henriette Maury et son mari René Pegolotti reprennent les rennes du domaine et participent activement à son expansion viti-vinicole.
Ils s’installent tous deux dans l’habitation au-dessus de l’église Sainte-Marie. Là encore, pour des raisons de praticité, ce qu’il reste de l’église deviendra alors un lieu d’utilité, soumis régulièrement aux inondations : rangements divers, atelier, puis plus tard installation de la chaudière de l’habitation.

1961 : Côté exploitation, Henriette et René produisent du vin en vrac mais sont aussi pionniers, pour le Languedoc, dans la production et la vente de vin en bouteilles. Ils produisent jusqu’à 35 000 bouteilles, principalement vendues dans le Puy-de-Dôme d’où René est originaire. Malheureusement, cette activité sera assez vite abandonnée faute de ressources humaines. René, ne pouvant assumer la gestion de l’exploitation et la vente des bouteilles qui l’entraîne loin de la culture, cesse la production de bouteilles et se recentre sur la culture et la production de vin en vrac.

1980 : La crise du marché du vin a rattrapé l’exploitation. Les cours du vrac s’effondrent.

1985 : Mettant en péril la santé économique de l’entreprise, la vinification au domaine est totalement abandonnée. Le raisin est vendu en vendange fraîche à la coopérative des Vignerons du Pays d’Ensérune. René et Henriette décident de diversifier l’activité de l’entreprise et investissent dans une production plus rentable : les prunes d’Ente, variété destinée à faire du pruneau séché et envoyée à Agen.
La visibilité du domaine dans le monde du vin s’éteint doucement.

1990 : Laurent, le plus jeune fils de René et Henriette, a 26 ans. Il travaille avec son père depuis son plus jeune âge. C’est lui qui reprend la tête de l’exploitation au moment du départ en retraite de ses parents. La production de prunes d’Ente est alors plus importante que celle de la vigne mais cette dernière est néanmoins toujours présente et son raisin continue d’être apporté à la coopérative des Vignerons du Pays d’Ensérune.

XXI<sup>e</sup> s. : naissance de CHAPELLE de NOVILIS

XXIe s. : naissance de CHAPELLE de NOVILIS

Il est des hommes et des femmes, qui, au beau milieu de leur vie, changent la courbe de leur chemin et offrent le même virage à un proche, mais aussi une nouvelle histoire au lieu qui les entoure.
C’est le croisement de deux destins, celui d’une femme amoureuse de la terre, passionnée de vin, et d’un homme né dans la vigne, qui permet le renouveau du domaine et la naissance de CHAPELLE de NOVILIS.

2010

Laurent Pegolotti travaille seul depuis 20 ans maintenant et s’essouffle. Il lui a été difficile de traverser les années de crise qui ont encore marqué les années 1990 et 2000, de prendre les décisions stratégiques qui s’imposaient, d’investir. L’exploitation est aux abois.
Après plus de 20 ans de carrière dans un grand groupe de l’industrie pharmaceutique, sa belle-sœur, Nathalie Jeannot décide de se recentrer sur ce qui lui apparaît comme essentiel : la terre et le temps qu’il fait, le vin et le temps qui passe, l’humain et le plaisir à vivre et travailler ensemble.
C’est la période des fêtes de Noël. Nathalie est là pour quelques jours à tailler la vigne avec Laurent pour le second hiver consécutif.
C’est là, dans les vignes, dans ce temps juste, dans ce rythme lent et naturel de la taille, que s’amorce dans leur dialogue le virage de ces deux destins et de celui du Domaine.

2011

Nathalie Jeannot et Laurent Pegolotti créent CHAPELLE de NOVILIS sur le domaine de Villenouvette, aujourd’hui un des plus anciens domaines de la région de Béziers. Ils choisissent le nom « CHAPELLE de NOVILIS », en référence à la construction religieuse d’origine, l’Eglise Sainte-Marie (800) et en hommage à la première femme propriétaire du domaine, Jeanne de Novilis (1376).

2016

Inauguration du nouveau caveau labellisé Qualité Tourisme Sud de France.

 Nos valeurs

Une équipe engagée autour de 3 valeurs fortes

Comment expliquer le formidable accueil de nos vins par les épicuriens, qu’ils soient privés ou professionnels ?
L’explication réside sans aucun doute dans les 3 valeurs fortes sur lesquelles CHAPELLE de NOVILIS s’est construite et continue de s’appuyer :

  • Excellence
    Dans chaque geste à la culture : au travers d’un travail manuel précis à la taille, à l’ébourgeonnage, à l’effeuillage, et à la vendange manuelle de nos cépages fragiles (90 % de nos cépages).
    Dans chaque étape à la cave : grâce à un matériel de pointe, à des gestes choisis et minutieux, toujours guidés par l’obtention de la finesse et de l’élégance pour nos vins.
  • Respect
    • de l’environnement : Agriculture Biologique, amendements des sols avec du fumier de brebis et du compost de marc de raisin ; pratique de la confusion sexuelle contre les vers de la grappe (des phéromones et pas d’insecticide) ; depuis 2017, semis de légumineuses entre nos rangs de vignes. Ces plantes, à enracinement profond, permettent d’aérer naturellement les sols en profondeur et d’y aider ainsi le développement de la vie biologique. Cette vie biologique permet aux radicelles de nos vignes de trouver plus facilement les oligo-éléments dont elles ont besoin pour leur permettre d’amener nos raisins à niveau qualitatif encore plus haut. D’autre part, le couvert végétal assuré par ces plantes aide à la fixation du carbone présent dans l’air.
    • de la biodiversité : engagés pour la biodiversité et la qualité de l’eau du sol et des rivières, nous sommes soutenus dans ce travail par le Conservatoire des Espaces Naturels, l’Agence de l’Eau, la Fédération des IGP ainsi que la Région Occitanie, CHAPELLE de NOVILIS est certifiée Haute Valeur Environnementale (HVE). La présence des légumineuses ajoutera à cette biodiversité, tout en permettant un accroissement de notre faune d’insectes auxiliaires de culture.
    • des femmes et des hommes qui travaillent avec nous, mais aussi de celles et ceux qui dégustent nos vins (agriculture et vinification biologiques).
  • Courage
    A la vigne, sans relâche, sans compromis, de la taille en hiver jusqu’aux vendanges au début de l’automne, pour un raisin de haute qualité, matière première indispensable à la création d’un vin haut de gamme.
    En cave, par un travail précis et délicat tout au long du processus de vinification et d’élevage.

Ces 3 valeurs fondamentales nous permettent de vous offrir le meilleur de la vigne, du vin et de nous-mêmes. Car le vin ne fait finalement que révéler les qualités de l’équipe qui le met au monde. C’est bien elle, et chacun de celles et ceux qui la compose, que vous rencontrez en dégustant ce qu’ils ont mis toute leur âme à produire.

 Une équipe engagée

Les femmes et les hommes de CHAPELLE de NOVILIS

Laurent Pegolotti travaille essentiellement à la culture, mais il peut aussi ponctuellement donner un coup de main en cave. Il est riche de plus de 30 ans de connaissance de la terre et des parcelles. Il sait conduire n’importe quelle machine : tracteur, écimeuse, girobroyeur, interceps, élévateur, etc. Il sait aussi à quel moment nous pouvons intervenir sur une parcelle après la pluie, en fonction de la structure du sol. Laurent est courageux et solide.

Eric Oliva a croisé la route de CHAPELLLE de NOVILIS en 2014. Eric est polyvalent et apprend vite : il travaille à la fois avec Laurent à la culture, mais aussi avec Nathalie à la cave. Sa formation initiale de mécanicien lui donne aussi la responsabilité de l’entretien de nos machines diverses. Eric est curieux, impliqué, motivé, toujours prêt à apprendre, riche d’inventivité et de recherche de solutions techniques face à un problème.

Isabelle Pegolotti a un autre métier. Son activité de salariée à CHAPELLE de NOVILIS est extrêmement partielle, mais le peu de temps qu’elle y passe y est plein et entier. Isabelle peut intervenir à la cave, à la logistique, au commercial, aux interventions « bricolage » diverses et variées, indispensables dans une petite structure comme la nôtre. Isabelle est engagée, travailleuse, calme et toujours d’humeur égale.

Nicolas Dutour, notre œnologue et ingénieur agronome. Nicolas travaille pour les laboratoires Dubernet. C’est donc comme prestataire de service qu’il intervient à CHAPELLE de NOVILIS. Mais nous le considérons comme un membre de l’équipe à part entière. Toutes les analyses passent entre ses mains. Nicolas a aussi un très haut niveau pour la dégustation et sa double compétence d’ingénieur agronome nous permet d’approcher la vie de nos sols et de nos vignes de façon optimale : analyse des nutriments captés par nos vignes, plans de fumure et d’amendements, semis entre nos rangs de vigne, etc. Nicolas est extrêmement compétent, rigoureux, très à l’écoute et impliqué.

Nos saisonniers. Nous faisons appel à eux à deux périodes majeures de l’année : la taille (2 saisonniers) et la vendange (14 saisonniers). Jusqu’à présent, il s’agit de personnes de tous âges, vivant dans les environs, et à la recherche d’emploi. CHAPELLE de NOVILIS contribue ainsi à la remise en place de l’Homme au centre de l’activité économique. Certains de ces saisonniers sont devenus fidèles.
Et quoi qu’il en soit, nous pouvons toujours compter sur une équipe joyeuse et endurante.

Nathalie Jeannot, votre vigneronne. 6 ans après la création de CHAPELLE de NOVILIS, je continue à m’enthousiasmer pour la vigne, le vin, et cette formidable aventure. Le développement commercial limite mon temps à la culture, Laurent et Eric assumant parfaitement cette responsabilité. Les miennes restent donc : la vinification, le commercial, la gestion administrative et réglementaire, et la communication. Je suis passionnée, enthousiaste, perfectionniste, donc exigeante, et je m’attache à faire de mon mieux pour être à votre écoute.

0